Le mur de verre des futures Google Glasses

Les lunettes Google Glass commencent à être reperées dans les lieux publics, ou dans les bars bobos de l’east village (manhattan)
je suis partout
Elles sont un des supports de la future réalité augmentée , qui nous permettra – il est bien temps – de satisfaire notre addiction au réseau en toute heure et en tout lieu.

sonar batman
Un des problèmes soulevés par cette future utilisation d’internet dans la trame de la vie quotidienne concerne les craintes sur la vie privée liées à la géolocalisation de tous les individus.
Evidemment, la géolocalisation partout et par tous, ca ferait passer Bruce Wayne pour un petit bras

La perspective de pouvoir googler un visage dans la seconde où on croise quelqu’un qu’on « croit » reconnaître est attirante – les affligés de propopagnosie y trouveront sûrement leur compte.

En revanche, un des aspects souvent oubliés c’est qu’en regardant les lunettes, les lunettes vous regardent. Pas seulement leur porteur.

Les coulisses de la photo (vue inversée reconstituée pour les besoins du spectacle)

Ce que Noah Zerkin a vu (et photographié)
Ce que Sergey Brin a vu (et que ses lunettes ont photographié) :

Dans un lieu public, les considérations sur la vie privée feront débat. Spécialement dans les lieux où il est socialement inacceptable d’apporter un appareil photo : vestiaires, crèches, etc. (non je n’ai pas testé pour vous…)

Mais le sommet sera atteint dans la vie intime, quand il s’agira d’être sur que les appareils de prise de vue embarqués sur les lunettes sont bien protégés.
« Tu viens chéri ? »
« Attends, j’enlève mes lunettes… »
« Non, je me sens coquine ce soir… »

Bref, on peut prévoir un avenir prometteur aux sex tapes et aux videos gags.

MISE A JOUR, 23 février :
http://www.theverge.com/2013/2/22/4013406/i-used-google-glass-its-the-future-with-monthly-updates

At one point during my time with Glass, we all went out to navigate to a nearby Starbucks — the camera crew I’d brought with me came along. As soon as we got inside however, the employees at Starbucks asked us to stop filming. Sure, no problem. But I kept the Glass’ video recorder going, all the way through my order and getting my coffee. Yes, you can see a light in the prism when the device is recording, but I got the impression that most people had no idea what they were looking at. The cashier seemed to be on the verge of asking me what I was wearing on my face, but the question never came. He certainly never asked me to stop filming.

Mise à jour, 9 juin 2013 :

Fast Company liste les endroits qui interdisent les Google Glass [EN] :

Laisser un commentaire